Register to


SEARCH


ALBUMS : GUIDED SEARCH
NEWS

Eva

Eva - Dino d'Santiago - album world music - Lusafrica
LISTEN
BEST SALES
1. Nancy Vieira
No Amá
12.00 €
2. ELIDA ALMEIDA
Djunta Kudjer - EP
8.00 €
3. Ceuzany
Ilha d'Melodia
12.00 €
Refine your search:
Share/Bookmark
Technical rider Share this page

Sia Tolno

African Woman

L’histoire de l’Afrique est parfois violente, mais somme toute pas plus que celle de l’Occident guerrier. L’Europe coloniale a dessiné de drôles de frontières dans le continent noir et a divisé les ethnies. Les Kissi, par exemple, des agriculteurs à majorité chrétienne qui vivent au sud de la Guinée, à cheval entre la Sierra-Leone et le Libéria. Sia Tolno, donc, qui a mis sa voix puissante au service d’un groove imparable, est kissi. Née en 1975 à Guéckédou en Guinée, elle a subi les aléas

géopolitiques de cette zone ravagée par onze ans de guerres civiles, de 1991 à 2002, parce qu'en étaient extraits les « diamants du sang », dont profitaient des seigneurs de guerre. 

Sia Tolno voulait depuis longtemps « s’emparer de l’afro-beat, une musique d’expression des colères, qui est à la hauteur de ce que je veux dire ». La chanteuse est anglophone, car elle a grandi à Freetown, capitale de la Sierra Leone, où son père enseignait le français. Elle y apprend le pidgin, l’argot créole de Lagos qu’utilisait Fela. Enfant traitée durement, elle se raccroche à la vie en écrivant textes et poésies. Veut-elle apprendre l'informatique ou le théâtre qu'elle est immédiatement rattrapée par la guerre. Elle a vingt ans, quand les troupes du Libérien Charles Taylor mettent la région à feu et à sang. Elle s'enfuit vers la Guinée, exsangue. Elle y connaît à peine sa famille, ne parle pas français.

« Je ne vois rien de positif dans la guerre, rien. La vérité n’est pas dans la guerre, on ouvre les portes de lieux obscurs, c’est comme une maladie, l’esprit devient tout petit. Comment faire si l’on ne sait pas si l’on sera encore vivant à la fin de la journée. La guerre a brisé mes rêves, elle m’a retardée », explique celle qui vit depuis peu en France.

A l’époque, Sia Tolno veut chanter. Elle s’installe à Conakry. Elle chante dans les bars, les cabarets - cigarettes, drinks et fins de mois difficiles, qu'elle décrit dans Malaya, chanson extraite de son précédent album, My Life, très soul. « En 1994, j’ai commencé à chanter aux Copains d’abord, fondé par un Libanais, Moustapha, qui m’a beaucoup aidée. A cette époque, on tenait les cabarets pour des lieux de mauvaise vie, les femmes ne portaient pas le pantalon ». Chez les Kissi, la tradition griotique, des castes de chanteurs des Mandingues n’a pas cours. La famille de Sia Tolno ne peut « même pas imaginer » qu’elle chante. Comme elle veut devenir star, elle s’empare « des grandes chansons » du répertoire occidental : Piaf, Whitney Houston, Nina Simone, Mariah Carey, Gloria Estefan. Sia Tolno a du coffre, une sorte de « black elegance » dans le phrasé.

En 2008, Sia Tolno représente son pays à la première édition d’AfricaStar, la Star Ac’ panafricaine, organisée au Gabon. Dans le jury, le grand musicien et compositeur Pierre Akendengue et son nouveau producteur discographique, José da Silva, celui de Cesaria Evora. Akendengue insiste : cette fille a une voix extraordinaire. Quand, en 2009, Sia Tolno sort son premier album international, Eh

Sanga, chez Lusafrica, la Guinée est à nouveau dans la tourmente : nouveau chef d'Etat, le capitaine Dadis Camara promet des élections démocratiques, mais fait tirer sur la foule rassemblée dans le stade de Conakry. Des femmes sont violées. En 2010, Alpha Condé est élu à son tour président. Mais, constate Sia Tolno, l'Afrique est éviscérée, et si peu respectée, y compris par les Africains.

Musicalement, Sia Tolno cherche sa voie. Pour les deux albums précédents, Eh Sanga et My Life (Prix RFI 2011), elle avait travaillé avec des Guinéens, le guitariste Kanté Manfila (un ancien des Ambassadeurs de Salif Keita, décédé en 2011) d’abord, puis Mamadou Camara, guitariste vétéran de l’orchestre du Kaloum Star.

 L’arrangeur François Bréant avait perçu la franche inclinaison de Sia pour l’afro-beat dans My Life. Elle y plonge complètement aujourd’hui dans African Woman, grâce à l’apport complexe de Tony Allen, batteur et directeur artistique de Fela de 1968 à 1979, avant que n’apparaissent entre les deux compères de graves désaccords politiques. Tony Allen a cette fois taillé à Sia un costume à juste mesure : démesurément groove. Ce tapis polyrythmique de percussionsyoruba, de funk, de high-life, porte Sia Tolno vers une énergie combustible.

Sia Tolno défend la cause des femmes. « Elles ont une place dans l’Afrique d’aujourd’hui », dit-elle prenant pour exemple Ellen Johnson Sirleaf, prix Nobel de la Paix, qui gouverne le Libéria depuis 2006. « Chez nous, la famille, le mari, les enfants, une croyance, c’est important. Il faut respecter cela pour mieux dénoncer le fléau de l’excision. Alors je dis sans agressivité : « il ne faut rien couper ». Ou je m’adresse aux femmes pour qu’elles ne tolèrent plus les maris humiliants, mais en respectant leurs valeurs ».

Elle dénonce le machisme (Manu), l’imbécillité des chefs de guerre (Rebel Leader) et la corruption policière (African Police). Elle milite pour l’éducation des femmes, forcément puissantes (Waka Waka Woman), contre l’excision (Kekeleh). Elle raconte aussi l’histoire tragique de Yaguine Koita et Fodé Tounkara, deux adolescents candidats à l’émigration trouvés morts dans le train d’atterrissage du vol 520 de la Sabena en 1999. Idjo Weh est consacré à la jeunesse « qui est bloquée en Afrique, coincée entre l’influence parentale et les structures sociales. Tu ne peux pas être maître de toi, car il y a toujours quelqu’un de mieux placé que toi, et cela génère de la violence, de la révolte, et toute sortesde trafic ». 

Cet album est une bombe.

Other albums by same artist

Eh Sanga

Eh Sanga-Sia Tolno-2009-cd-album-vpc-world music-lusafrica
12.00 €

My Life

Sia Tolno-afro funk-guinée-conakry-world-music-lusafrica
12.00 €
LUSAFRICA 115 Rue Lamarck 75018 PARIS - lusafrica@lusafrica.com

LUSAFRICA

NEWS & PRESS

CONCERTS

ARTISTS

ALBUMS

CONTACT

Our information


Bonga

:

Recados de Fora

-

Angola 72 / 74

-

Hora Kota

-

Bairro

-

Best of

-

Maiorais

-

Kaxexe


Boubacar Traore

:

Mbalimaou

-

Mali Denhou

-

Je chanterai pour toi

-

Kongo magni


Cesaria Evora

:

Cesaria Evora Greatest Hits

-

Mãe Carinhosa

-

Cesaria Evora & ...

-

Miss Perfumado

-

Nha Sentimento

-

Radio mindelo

-

Rogamar

-

Voz d'amor

-

Mar Azul

-

Café Atlantico

-

Best of

-

Césaria

-

Miss Perfumado

-

Cabo verde

-

Sao Vicente

-

La diva aux pieds nus

-

Distino di belita

-

Club sodade

-

Cesaria Evora Live in Paris

-

Cesaria Evora Live d'Amor


ELIDA ALMEIDA

:

Ora doci Ora margos

-

Djunta Kudjer - EP


Lura

:

Herança

-

Best of Lura CD/DVD

-

M'bem di fora

-

Di korpu ku alma


Nancy Vieira

:

No Amá


Pierre Akendengue

:

Destinée

-

Vérité d'Afrique

-

Gorée


Polo Montañez


Teofilo Chantre

:

Mestissage

-

Viaja


Boulpik

:

Konpa Lakay


Black Bazar

:

Round 2

-

Black Bazar


Jenifer Solidade

:

Um Click


Sia Tolno

:

African Woman

-

Eh Sanga

-

My Life


Neuza

:

Flor di Bila


Dino D'Santiago

:

Eva


Zé Luis

:

Serenata


G'Ny

:

Libèté


Ceuzany

:

Ilha d'Melodia

-

Nha Vida


Oliver N'Goma

:

Oliver N'Goma Best Of Clips

-

Saga

-

Bane

-

Adia

-

Best Of


Cubanito

:

My World

-

Tocame

-

Soy Cubanito


Fode Baro

:

La Vérité

-

Libération


Sekouba Bambino

:

Innovation


Mario Lucio

:

Kreol

-

Badyo


Ildo Lobo

:

Incondicional

-

Nos morna

-

Intelectual


Tito Paris


Orquesta Aragon

:

The 70th anniversary album

-

En route

-

Quien sabe sabe

-

Best of The Lusafrica Years


Mounira Mitchala

:

Chili Houritki


Bau

:

Plays Vasco Martins

-

Café Musique

-

Capverdean melancholy


Jey Liba

:

Odyssée


Tcheka

:

Dor de mar

-

Nu monda

-

Longi

-

Argui


Dj Arafat

:

Commandant Zabra


Princezito

:

Spiga


African Music Anthology


Luis Morais


Hasna el becharia

:

Smaa smaa


Cordas do sol

:

Lume d'lenha

-

Terra de sodade


Jorge Humberto

:

Ar de nha terra


Various Artists

:

Mornas de Cabo Verde

-

Kanta Cabo Verde

-

African Guitars Anthology

-

African Music Anthology

-

African Rythmes Anthology

-

African Voices Anthology

-

ILCV PARTY

-

Kizomba Afro Latino

-

Musiques Métisses - 40 ans de Festival d'Angoulême

-

Afrolove/Kizomba/Special


Leyanis Lopez

:

Corazon presumido


Boy ge mendes

:

Noite de Morabeza

-

Best of


Tania Libertad

:

Costa Negra

-

Negro Color


Fantcha


Gil Semedo

:

Cabopop


La MC

:

Fidju Di Kriolu

-

Nos pobreza ke nos rikesa


Ferro Gaita

:

Rei di funana


Meiway

:

DVD « M20 »

-

Meiway en concert a l'Elyséé Montmartre

-

Professeur

-

M20

-

Golgotha


Maria Alice


Tiolino


Anacaona

:

Lo que tu esperabas


Isaac Delgado

:

Prohibido


Osdalgia

:

La Culebra


Chiwoniso


Dona Ivone Lara

:

Sempre a cantar


Kompass

:

Jardin tropical


Voz de cabo verde


Ballou Canta et Luciana

:

Rumba lolango


Zao


Kapa Dêch


Sally Nyolo

:

Zaïone


Las primeras

:

Papi no te quiero


Djalunga


King kester emeneya

:

Nouvel Ordre


Septeto habanero

:

Celebrando sus 80 anos


Zêdess


Maxima Alerta

:

Llegaron los alertas


Silita


Tipico Oriental


Idrissa Soumaoro

:

Djitoumou


Constantino cardoso

:

Um estoria d'mindel


Médhy Custos

:

Dis Moi Zouk by Médhy Custos


Roberto Isaias

:

Roberto Isaias


50 ans d'indépendance de la Côte d'Ivoire


Rui Lima


Nany Vaz

:

L'amour


Jacqueline Fortes

:

Terra d'nhas gente


Vasco Martins

:

Li sin


La nuit du Cap-Vert au Zenith

:

La nuit du Cap-Vert au Zenith


Djelimady Tounkara

:

Solon kôno


Mark G.

:

Mark G. and the Heavy Hitters


Ivoir feeling

:

Ivoir Feeling - volume 8

-

Ivoir Feeling - volume 9


Mizikopeyi

:

Ka wouvé zel-li